Bonjour à toutes et à tous!

J'aime pô l'hiver! Nan, j'aime pô! Et plus les années passent, moins ça passe.

Entre la froideur et la pluie...ou dans la même journée, froideur, pluie et accessoirement vent, j'en ai assez. Là, cela devient vraiment critique, et "c'est que le début d'accord, d'accord...". Merci Françis (CABREL, pour les intimes). Il ne manque plus que la neige. Et dire que cela va durer plusieurs mois...Mais il faut prendre son mal en patience que voulez-vous que je vous dise. Néanmoins, restons positifs, les jours rallongent...Ouais, il commence à faire nuit à 17H45 au lieu de 17H30. Ce n'est pas beau ça? Youpi...j'ai vraiment du mal à contenir ma joie. J'intériorise...

Bon! Passons aux choses sérieuses: les soldes et ma proposition du jour. Concernant les premières, alors que mon porte-monnaie crie famine, pleure, sanglote et, me répète sans cesse que la nouvelle année est synonyme d'augmentation d'impôts et autre redevance en tout genre mon esprit, que dis-je mon moi profond...mais qu'est-ce que je raconte là, mon coeur me rabâche: "Va, vis et deviens". Inutile de vous dire que, très bizarrement,  je n'ai qu'une envie, c'est d'écouter mon coeur.

En même temps, pour une fashionS addict, ne pas faire les soldes est un supplice sans nom. La frustration engendre une douleur telle, qu'elle en devient presque inqualifiable. Quoique, en cherchant bien, c'est comme si l'on vous mettait votre pâtisserie préférée sous le nez en vous défendant d'y toucher (moi, en ce moment, je beugue sur la galette à la frangipane, v'là le bide que j'me paye, soit dit en passant) ou alors, que vous aviez un énorme envie de fumer, un dimanche ou un jour férié à 21 heures et, que toooouuuuuus les tabacs à 50 kilomètres à la ronde étaient fermés (oui, ça c'est plus que du sacré vécu!). Bref, c'est juste horrible! Et puis, le coeur à ses raisons que la raison ignore, non?! Ouais, ouais, je sais, je me justifie parce que j'avoue avoir une once de culpabilité... Et vu que la privation m'insupporte, j'ai évidemment craqué. En même temps, je me doute que cela n'étonne personne. Pas même mon porte-monnaie. Donc, l'auto-conviction est mon seul salut! Salut, par ailleurs, dont je me félicite quand même, dans la mesure où j'ai été très raisonnable (juré, craché mummy). Je n'ai flashé que sur une seule pièce... Bon ok, il y a juste un petit hic...Les soldes n'ont commencé qu'hier! The challenge à relever, ne pas rechuter. J'y crois à mort...voire même à vie.

Allez, on avance. Pour ceux de ma génération (Oh pétard, on en revient toujours à eux, enfin à nous quoi), vous aurez reconnu le petit clin d'oeil de l'intitulé de mon article, en référence au film "When Harry met Sally" (coucou sis'), jolie comédie sentimentale de Rob REINER.  Oui, j'assume, j'adore les comédies romantiques, c'est mon côté guimauvette (et on s'en fiche un peu). En substance, à travers la rencontre de deux personnages, ce film soulève la question de savoir si les hommes et les femmes peuvent être amis sans arrières pensées d'ordre sexuel...Ben, si vous ne l'avez pas vu, je vais le spoiler puisque sa conclusion est non. Après, chacun est libre de penser ce qu'il veut, mais je partage entièrement cet avis...sauf peut-être avec mes amis gays...et encore..bref, passons. Mais à mon sens, c'est juste improbable...une fois de plus, à l'image de ma proposition du jour.

En effet, au départ, j'avais dans l'idée de me vêtir d'une robe que je porte régulièrement en cette période. Elle est tout à la fois moderne, chic, droite, fluide (mais épaisse), courte et à manches longues. Et pour une fois, il s'agit d'une pièce multicolore, mon dressing hivernal étant principalement constitué de fringues noires. J'ai coutume de la porter sous un manteau qui me tient bien chaud, et cela me suffit amplement. Euh, enfin... "Zait"...cela me suffiSait jusqu'à présent. Mais! Vous vous en doutez bien, il y a un MAIS! C'était sans compter, la pièce dont je viens de faire acquisition et qui m'a littéralement retourné le cerveau: THE JACKET. Il s'agit d'une vraie veste d'homme (oui, vous avez bien lu), à queue de pie (non, vous n'êtes toujours pas miros), des années 1920 (10 sur 10 à chaque oeil avec ou sans correction, bravo!), dégotée dans une boutique uniquement vintage. Elle me tient super chaud. Comment ai-je pu passer à côté de cette boutique qui existe depuis une quarantaine d'années, alors même que je vis depuis maintenant neuf ans à Toulouse? C'est juste inadmissible, la méga shuma quoi! Shame on me quoi! Bref. La honte. Toujours est-il que dès que je l'ai enfilée, j'ai su qu'elle et moi ne ferions plus qu'un, ainsi qu'un petit bout de chemin ensemble. C'te veste, je vous jure, un vrai petit bijou (selon moi, évidemment)!

Et l'improbabilité de la rencontre entre cette robe et cette veste est un doux euphémisme. J'en ai presque la larme à l'oeil (oui, j'ai la larme facile dès que j'évoque les fringues).

Alors, j'explore, j'étudie, j'analyse, j'ausculte, je creuse, j'expérimente toujours plus de nouvelles associations modalistiques: c'est que cela en deviendrait presque scientifique. Un avis sur la question Fred? Et réalité, je réalise qu'en me couvrant, à travers différents looks, je me découvre. Car, qui aurait pu pensé, ni même imaginé, il y a encore un an de cela, que j'oserais proposer une telle tenue, oscillant entre vintagitude et trendytude, avec une touche d'ethnicitude, d'une contrastitude saisissante (Larousse si tu me lis...). Pas moi en tout cas!

Et tant qu'à faire, allons-y  donc gaiement en forçant le trait. J'ai ressorti mon chapeau de type borsalino marron, pour le côté vintage. Et je porte un sac à main, pour le moins tendance, en cuir vachette noir à franges (avec une anse longue réglable pouvant être porté à l'épaule), pour la partie trendy. Le collant noir opaque est bien évidemment de rigueur. Et j'en termine par des bottes noires à talons de 7 centimètres.

S'agissant des accessoires, j'ai opté pour les bijoux, à tendance ethnique, suivants :

  • Une paire de boucles d'oreille nacre et perle de corail tissés de la Maison Française, une grande marque de bijoux fantaisies;
  • Un jonc en argent, très fin, orné d'un maginifique cauris;
  • Une bague plaquée or, en tête d'indien.

Finalement, ne dit-on pas que "les opposés s'attirent" ? Bah, je vous vois venir avec vos esprits de contradiction, vous allez me rétorquer que l'on affirme également que: "Qui se ressemble s'assemble". Mais à bien y réfléchir, les deux adages, étant représentatifs de ma proposition, conviennent parfaitement ;-)!

NB: Tu noteras mummy que je n'ai pas mes lunettes (même si j'y vois que dalle), just for you babe!

  • Robe: SANDRO
  • Veste: AU BONHEUR DES DAMES, 8 rue d'Astorg, 31 000 Toulouse-www.au-bonheurdesdames.com (sur facebook également)
  • Collant: CALZEDONIA
  • Bottes: TED&MUFFY-www.tedandmuffy.com
  • Sac: LINEA MODA31 rue Saint Rome, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Boucles d'oreilles: SATELITTE, à retrouver chez LES PIPELETTES, 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Jonc et bague: LES PIPELETTES, 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook et instagram également)
  • Chapeau: AUTAN MODES- 50 rue d'Alsace Lorraine, 31 000 TOULOUSE.

 

Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN et JMM PHOTOPGRAPHE

 A bientôt!

Y.