Bonjour à toutes et à tous!

Ainsi sonne  bientôt le glas!

Il ne reste plus que quelques jours avant la fin de cette année et le début d'une nouvelle. Alors, "(....) qui aurait pu s'imaginer qu'le temps serait si vite écoulé, on fait l'bilan, calmement, en s'remémorant chaque instant (...)" (Neg MARRONS). 

Le mien (de bilan, ndlr...ahah, celle-là, je l'adore), doit-être finalement, à l'instar de tous, d'une banalité affligeante. Même si cette année fut, je dois l'avouer, très particulière. Je vous ferai grâce des sempiternelles questions existentielles classiques, "que suis-je, où vais-je, dans quel état j'erre"...que je pense me poser, au moins, depuis l'âge de raison (à ce propos mummy, m'as-tu fait consulter un pédopsy ou bien?!)... Des hauts, des bas, des jolies rencontres, des grands moments de bonheur, de doute et, parfois, de tristesse, de déception et caetera, et caetera. Et oui, j'ai fait une quatrième et une troisième option latin, un problème?!

Ce que je retiendrai de mon année est que la vie ne tient parfois qu'à un fil. Car, comme des milliards de gens sur terre, il y a une petite saloperie (que dis-je petite, énorme, oui!) qui est venue me dire: "Et cocotte, tu viens, je t'emmène? Allez viens, viens swinguer au rythme du ciel et des étoiles, ou sinon viens bouffer la poussière, au choix! Cette saloperie, elle s'appelle cancer. Et moi, je te l'ai prise, je te l'ai retournée en deux deux, d'une telle force, qu'elle pleure encore sa mère. Elle ne savait pas qu'il ne fallait pas trop me chatouiller. Ben quoi, voilà que vous vous mettez à chouiner comme des petits morveux?! Ho ça va hein, malheureusement tout le monde n'a pas eu ma chance. Alors ravalez vos sanglots! Non mais!

Ce que je veux exprimer à travers ma superbe expérience, ô combien exaltante est, simplement, qu'étant pleinement consciente que l'on est rien sur terre (platitude quand tu nous tiens), comme le dit Corneille ( heu...pas le poète du 17ème siècle, son frère, plus bronzé, canadien d'origine rwandaise et, né trois siècles plus tard), j'ai décidé de "vivre chaque jour comme le dernier, palapapa..." (et ben dis donc, je suis inspirée ce matin). Les djeuns "Allô google quoi!"!

Alors, je ne prendrai pas de résolutions à la con débiles, du style arrêter d'être un brin grossière dans mes posts (désolée mummy, moi bien pouvoir mais pas vouloir), arrêter de fumer (je suis entrain d'écrire la clope au bec et comment c'est trop bon), faire davantage de sport (je fais déjà le chien qui pisse à quatre pattes, en levant chaque jambe, une fois tous les trois mois dans mon salon et, cela me va très bien), ne plus prendre de grosses "murjades" (bon là, j'y suis un peu contrainte parce que je n'ai plus vingt ans et, que je mets plusieurs jours à récupérer, mais si l'occasion se présente de descendre un bon litron de rouge ou quelques pintes de houblon, cela sera toujours avec joie et bonheur dans mon coeur... hein, PDS et Mame Ménar!). Non, rien de tout cela.

Les seules et uniques résolutions que je m'engage à prendre et à tenir sont celles-ci: Je veux vivre pleinement les choses, aussi futiles soient-elles et savoir les apprécier à leur juste valeur, du genre: un rayon de soleil qui me caresse le visage en marchant dans la rue et en respirant à plein poumons, prendre un café en terrasse en regardant les gens passer (parfois avec une pointe de moquerie) tout en matant un bon Closer journal du Monde, arriver enfin à coincer entre mes dents mon bonbon Ricola à la fleur de sureau, tout en continuant à conduire des réunions sans zozoter et finir par l'expulser (excercice très difficile, je vous l'assure), dire aux personnes qui me sont chères que je les aime, même si elles le savent, je ne le leur dis que trop peu (en même temps, cela marche aussi pour les c...) et surtout...surtout...ce que je me répète, de façon quasi-journalière maintenant, vivre mes rêves et arrêter de rêver ma vie! Et 2017 sera so rock'n roll babies! Je m'en fais la promesse!

Rock'n roll chic est d'ailleurs l'alternative que je vous propose comme look pour le réveillon de la Saint-Sylvestre.

Mais ouais les meufs, à un moment donné, faut arrêter quoi! Porter une robe longue à traîne, scintillante de mille feux, qui se prend dans nos talons aiguilles de dix centimètres (l'inverse étant aussi vrai), avec lesquels on n'arrive pas à marcher, et encore moins à danser (raison pour laquelle d'ailleurs, on prévoit des sandales plates que l'on enfile trois minutes après notre arrivée)...! Il y a aussi la robe ultra-moulante, étouffe poitrine pour celles qui en ont et, planche à pain pour les autres, avec laquelle on monte les marches à la Zahia DEHAR au défilé de VERSACE (je suis pliée de rire à chaque fois que je revois la scène ou le sketch). Sans oublier, évidemment, la superbe choucroute, qui pèse tellement lourd sur la tête que l'on est obligé de bouffer du paracétamol ou autre ibuprophène...et enfin, les accessoires bling-bling, quincaillerie quoi...Bref, je sais bien qu'il faut, selon l'adage, souffrir pour être belle, mais de là à devenir masochiste, je m'inscris en faux. Il y a comme une odeur de vécu pensez-vous...bahhhhhhhhhhh ouais! Mais ça, c'était avant ;-)!

Alors, le soir du réveillon, le déjanté en mode "Cruella d'enfer" sera pour moi, à l'honneur. Je vous présente une robe, certes longue, mais tellement légère et fluide que l'on a l'impression de ne rien porter (enfin presque!). Elle est noire, avec un petit décolleté en V, et froncée au niveau des épaules. Cette merveille est entièrement doublée de dentelle, ce qui permet de jouer avec un effet de transparence... So rock, so chic! Je la porte avec des boots en nubuck noires. Et pour terminer l'ensemble, j'ai enfilé un collant noir à petits pois argentés!

Comme accessoires, j'ai opté pour du 100% argent, de la superbe boutique DORIANE bijoux, déjà évoquée ici. Si vous aimez le tout argent, subtil, fantaisie, et tendance à des prix très attractifs, cette boutique est faite pour vous. J'ai choisi:

  • Une paire de boucles d'oreille puce ying et yang bombé en argent et cristal noir et blanc;
  • Un collier en argent triple chaînes torsadées;
  • Un jonc en argent, rond, plat et lisse avec fermoir;
  • Une bague épurée en argent ciselée.

Enfin, une petite pochette, forme enveloppe, en cuir vachette tressée (avec dragonne et bandoulière) vient parachever ma tenue. J'ai ajouté un mini-foulard de soie, noir et blanc avec des têtes de mort (bouh!). Ah, j'oubliais la touche venant compléter le look New Year's Eve fever: le bleu à lèvres (oui, rouge à lèvres bleu, je trouve que ça fait bizarre!).

Je vous souhaite de passer une très belle soirée du 31 décembre et à partir de 2017: Allez, venez, on s'en fout, on vit pleinement en allant tous ensemble au bout de nos rêves!

 

 

 

  • Robe: MAJE
  • Boots: GABOR
  • Pochette: LINEA MODA,31 rue Saint Rome, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Boucles d'oreille, jonc et collier: DORIANE, créations en argent  925, 1 bis Cantegril, 31 0000 Toulouse. www.doriane-bijoux.com (et sur facebook également).
  • Collant: CALZEDONIA

Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN et JMM PHOTOPGRAPHE

A bientôt!

Y.