Bonjour à toutes et à tous,

Je vous rassure d'emblée, le NI-NI ne fait pas référence à un thème de nature politique. Quoi que, je ne me souviens plus du nom de celui qui a dit que "tout est politique". Alors pourquoi la mode ferait-elle exception? Mais rassurez-vous, le post du jour sera très léger et girly (enfin, autant que faire se peut et que je puisse l'être) afin de vous laisser digérer le précédent, qui a dû, certainement, en défriser plus d'une....je vous laisse réfléchir à cette blague à prendre au dixième degré (ou pas)...comprenne qui pourra.

Mais avant tout, aujoud'hui, je vous le dis direct: je suis d'une humeur massacrante. J'ai grave un seum de ouf d'un autre monde, comme diraient les djeuns'. Enfin, eux disent juste le seum. Et en plus, j'ai entendu dire par des ados que ceux qui employaient le terme de djeuns' étaient des vieux. Donc prends-toi ça en pleine face! Bon, mais, pourquoi j'ai le seum me direz-vous? Et bien, il n'appartient qu'à vous de me poser la question!

J'attends...J'attends...J'attends....J'attends....tic, tac...Bon ok. Personne. Tout le monde s'en fiche! Super! Ce n'est pas grave, de toute façon, j'adore soliloquer. Même à l'écrit.

Premièrement, je viens de constater qu'une simple ride d'expression que j'avais depuis petite s'est transformée en ride tout court! Donc double paire de boule.

Ensuite, j'ai le seum à cause de ce satané temps. Je déteste cette période transitoire pendant laquelle l'on ne sait comment se vêtir. La semaine dernière, lors de mon dernier shooting photo, monsieur météo m'avait assuré un temps relativement frais, genre quinze degrés quoi. J'ai pensé que c'était jouable. Sauf qu'il n'en faisait que dix, à neuf heures du matin (ouais, en même temps, ce n'est pas si anormal que cela m'opposerez-vous), que c'était nuageux, et surtout, surtout, que je portais un débardeur! Résultat des courses, je n'avais plus de doigts, plus d'orteils, plus de nez...bref, j'ai chopé un rhume de Balade (désolée pour les djeuns' et les ieuv' qui ne connaissent pas la série FRIENDS).

Ah! et enfin, j'ai le seum, parce que lundi matin, j'ai dû conduire une réunion, la goutte au nez (ce n'est pas une métaphore), qui s'est, par ailleurs, subtilement (euphémisme) échappée en tombant sur mon dossier de présentation et que, juste après, je me suis mise à cracher mes poumons....so sexy, so glamour! Et puisque j'étais le centre d'intérêt, tous les yeux étaient rivés sur moi, donc impossible de partir en scred. Donc la méga shuma et triple paire de boule. Cela en fait des boules....je pourrais me faire une pétanque à ce rythme là...esprits mal tournés va.

Cette période je ne l'aime pas, on est plus vraiment en été, mais pas encore automne. Enfin, je parle du temps, puisque le calendrier indique, lui, que l'été est bel et bien derrière nous. Cela me fait penser à l'avion. Oui, je sais je fais des raisonnements analogiques parfois bizarres. Ceci étant, lorsque l'on est en plein vol, tout se passe bien, le pilote conduit bien, et puis d'un seul coup, avant même qu'il n'ait le temps de l'annoncer, l'avion se met à bouger dans tous les sens, à cause de soudaines turbulences. Et moi, je me dis, mais il fait quoi bon sang, vire à droite ou à gauche, monte ou descends, mais fais un truc quoi garçon. Ben non. Et puis quelques heures plus tard (oui pour moi ce sont des heures, j'ai la phobie de l'avion, et puis des trains, et des bus, et des ascenseurs, et des endroits clos...bref je m'égare) tout s'arrête. Et bien en ce moment, c'est pareil avec le temps. Tu te pèles deux jours et tu crèves de chaud les trois jours suivants. Et cela vaut pour la même journée.

C'est la raison pour laquelle je qualifie cette période de NI-NI. Je mate la météo, on prévoit vingt quatre degrés l'après-midi, alors, je me dis cool... un petite veste légère, un jean, des peep toes feront l'affaire. Seulement, le matin il fait dix. Et quand je passe une journée entière assise derrière l'ordi sans broncher, je me congèle littéralement sur place. Je deviens l'HIBERNATUS (ouais encore une référence de ieuv'). Puis le lendemain, rebelote. Alors, je fais comment, moi, pour me fringuer?!Non, parce que c'est une vraie problématique de fond là. Bref, on rentre les petites robes et autres jupes estivales pour laisser place à ....ben à pas grand chose en fait. Un espèce de mixe bizarre, moitié fin d'été et moitié début d'automne. En gros, c'est comme BIOMAN (moitié homme et moitié robot), sauf qu'il s'agit de vêtements (purée je me rends compte que mes références deviennent vraiment craignos)...Enfin, la nuit tombe plus tôt, et les arbres commencent doucement à s'éffeuiller... En conséquence, vous l'aurez  bien saisi, je HAIE cette période.

Alors, je prends une grande inspiration, je souffle et j'attends que cela passe. Et je compose, comme je peux, avec ma garde-robe. Enfin, quand je ne me dis pas, une énième fois en ouvrant mon dressing, que je n'ai vraiment rien à me mettre. Mon interrogation du jour porte sur le thème suivant: Comment se fringuer pendant cette sale période du NI-NI?!

Depuis quelques temps, j'avais envie d'une salopette en jean. Et maintenant que vous me connaissez, vous savez que lorsque j'ai une idée derrière la tête, je ne l'ai pas ailleurs. En sortant du taff, lundi soir, malgré MES gouttes au nez, mon radar fringue a pris le dessus. C'est une forme de pilotage automatique qui prend le contrôle de mon cerveau et de mes jambes. Alors que je m'étais promise que je n'achèterais rien ce moi-ci...j'ai encore craqué. Je sais, je sais, je suis irrécupérable. Mais à ma grande décharge (oui, je me justifie comme je peux), il me manquait cette pièce incontournable que l'on se doit d'avoir dans son dressing, non? De grâce, acquiscez!

La pièce principale de ma tenue du jour est cette salopette fraîchement acquise, que je trouve évidemment magnifique! Elle est très près du corps, voire moulante, en gris dégradé. Alors, je vous vois venir. Ah ouais dégradé?! Toi qui ne cessait de prôner ton goût pour les pièces épurées et, notamment, pour le jean brut simplissime ici. C'est vrai, mea culpa, séance d'auto-flagellation. Pour autant, c'est sans compter ma contradiction innée. D'ailleurs, un ami m'a dit aujourd'hui que j'étais une condradiction ambulante. Je trouve que cela me caractérise parfatement :-). Et puis, il n'y a que les c....(mummy, je ne l'ai pas dit) qui ne changent pas d'avis (dieu que je dois être intelligente). Et zut quoi, lookez la salopette tout de même! C'est tout simplement une vraie tuerie. Elle est à la fois super originale, comme j'aime, et fun, un brin sexy mais sans trop en faire, à mon sens. La matière est ultra douce, agréable à porter et le dégradé est à la fois tout en délicatesse et moderne. Après, comme j'aime les tenues plutôt classes, il a fallu l'accessoiriser en conséquence. Et c'est là que l'opération chiquitude intervient.

Je me suis dit qu'avec une telle pièce, je pourrais composer une tenue rock chic, ceci afin de ne pas tomber dans la poufiarité. J'ai donc opté pour un T-shirt blanc, à manches courtes sans fioriture. Comme chaussures, j'ai enfilé mes escarpins argentés que je peux porter avec tout. Mais qui dit automne, dit quand même veste. Je trouve que mon perfecto en cuir kaki s'associe à merveille avec le gris de la salopette. Et puis, pour décaler, j'ai choisi ma petite pochette en cuir rose que j'affectionne particulièrement. Pour finir, j'ai réalisé un bun (chignon) avec une légère "houpette" sur le dessus qui est, selon moi, en adéquation avec l'ensemble ma tenue.

Avant de conclure, j'aimerais, tout de même, attirer votre attention sur mes bijoux. Il y a environ un mois, je cherchais désespérément des sautoirs que je porte ici. J'avais fait tout Toulouse pour enfin tomber sur une boutique pleine de charme, spécialisée dans la vente de bijoux fantaisies haut de gamme. Il s'agit des PIPELETTES. Je suis vraiment fan de cette boutique. Je porte donc des créoles argentées fantaisies, une pièce unique confectionnée par ZIBELLULE CREATIONS, et dont les PIPELETTES est l'unique point de vente sur Toulouse. Enfin, à mon bras, vous pouvez remarquer une petite manchette en écailles argentées, noires sur le revers, de la marque OPALE, que vous pouvez retrouver dans la même boutique. Tout à la fois, chic, moderne et raffiné, ce magasin regorge de vrais petits trésors. Courez-y les toulousaines!

Quant à moi, avec mon look rock chic, je suis fin prête pour affronter cette période NI-NI. Et comme il y a un décalage entre l'écriture de mon article et le shooting photo, si monsieur météo dit vrai, il fera dix neuf degrés le matin....et vingt huit l'après-midi!!

Et il avait dit vrai ;-).

Bon NI-NI!

  • Salopette: DIESEL
  • T-shirt: ZARA
  • Escarpins: HISPANITAS
  • Pochette en cuir rose:Marque inconnue. Je l'ai trouvé dans un magasin du centre ville de Toulouse,PIPIA, 54 rue des filatiers
  • Créoles: ZIBELLULE CREATIONS (sur facebook), point de vente LES PIPELETTES , 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook également).
  • Manchette:OPALE (sur facebook), point de vente LES PIPELETTES , 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook également).

 

Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN

A bientôt!

Y.