Bonjour à toutes et à tous,

Liminairement, avant de présenter ma tenue du jour, dont le titre est, pour une fois, très explicite, j'ai envie de faire un point météo. Non, parce que là, ce n'est pas possible. Je m'insurge! Perdre presque dix degrés en moins de dix jours, c'est juste inhumain, zut, flûte re-flûte (ça, c'est fait mummy). En effet, je me revois encore, il y a quelques semaines à peine, dégoulinant de sueur et me plaindre de la chaleur. Et là, je suis dans mon magnifique pyjama en pilou-pilou, emmitouflée dans ma couette avec évidemment...mon éternelle goutte au nez ultra glam'. Ce matin, je suis allée au boulot avec deux vestes, parce qu'il était hors de question de sortir le manteau! C'est beaucoup trop tôt. On est mi-octobre punaise, c'est contre ma religion. Et le comble du comble, c'est qu'il n'y a pas encore de chauffage au taff...résultat des courses, j'étais congelée toute la journée, je claquais des dents et je grelottais...Le pire, c'est quand je suis rentrée chez moi le soir, à presque vingt heures et que, j'ai réalisé qu'il faisait nuit...Commencement de la fin quand tu nous tiens...

Mais abstraction faite de ce temps hyper pourrave, puisque je ne vais pas me laisser abattre dès maintenant hein, il me tient à coeur de vous raconter la suite de mes péripéties modalistiques. Ne me dites pas que vous avez déjà oublié?! Mais oui, THE dress pour laquelle je me suis démenée comme une folle furieuse, quasiment hystérique, afin de vous la proposer la semaine dernière! Cela ne vous dit toujours rien? Et bien, pour comprendre, vous serez obligés de repasser par cette case .

En substance, car je ne vais pas raconter l'histoire à nouveau, je m'apprêtais à dégainer mon plan B, dans la mesure où la robe du post précédent ne m'était toujours pas parvenue, le jour même de mon shooting photo et de la publication de l'article. C'est ce fameux plan B qui fait l'objet du présent post.

Tout d'abord, revenons à l'intitulé ne souffre d'aucune ambiguité...une fois n'est pas coutume. Carrie BRADSHAW! mon idole. Pour ceux ne qui la connaissent pas, faites un petit tour sur google. Pourtant, je n'ai jamais été fan de chanteurs, de comédiens ou d'artistes en général. Ce n'est pas mon truc. Mais elle, c'est vraiment l'exception qui confirme la règle. Carrie BRADSHAW est l'héroïne de la série dont j'ai été addict pendant des années: "Sex and the city".  Je n'ai jamais raté un épisode. Cette série m'a toujours faite rêver. D'ailleurs, je me demande bien pourquoi j'en parle au passé. Je pourrais encore la mater pendant des heures. Bon, c'est vrai qu'elle est géniale, mais ce qui l'est encore plus, ce sont le dressing et les tenues portées par ladite actrice principale.

Aucune nana (normalement constituée j'entends) n'a pu rester indifférente face aux pièces tout aussi, impropables, fantasques, chics que décalées de Carrie BRADSHAW. S'agissant singulièrement des férues de mode, plutôt de ma génération, je mets mon pied à couper (ouais, j'ai pas tellement envie de mettre la main, je viens de me faire une pose de vernis semi-permanent, cela serait dommage), que cette série les a influencées d'une façon ou d'une autre.

A chaque fois que je regardais cette série, je détaillais, non en fait, je scannais les fringues de l'héroine. Ses robes, jupes, shorts, manteaux et autres accessoires, tout y passait...avec comme "point d'orgue", si je puis m'exprimer ainsi, ses fabuleuses chaussures! Les fameuses MANOLO BLAHNIK. Rien que d'en parler, cela me procure des frissons...c'est quelque chose quand même! L'année dernière, lors de mon voyage à New-York, je dois vous confesser que j'étais  même prête à faire "le sex and the city tour". Ouais, c'est vous dire. Mais pour ma camarade de voyage, il en était hors de question, et plus cela coûtait un bras.... j'ai donc dû y renoncer, non sans une petite pointe de déception...et oui, la fan attitude n'a pas d'âge.

Au-delà, je pense que s'il y a bien une pièce maîtresse de la garde robe de Carrie BRADSHAW que l'on a toutes retenue, c'est incontestablement sa jupe tutu. Je l'ai toujours trouvée juste splendide...sans jamais oser en faire acquisition jusqu'à lors.

Vous me voyez venir tel un éléphant dans un magasin de porcelaine ou bien?! La jupe tutu...Une incontournable, tant de sa garde robe que de cette année. On en trouve de toutes les couleurs, de toutes les longueurs et de toutes les épaisseurs. Qu'est-ce que j'ai cherché cette jupe. J'en ai vu des tas, mais aucune ne trouvait véritablement grâce à mes yeux. Cette quête obsessionnelle (ça y est...le mot est lâché) a duré trèèèèèèèès longtemps. Quête, qui a finalement pris fin le mois dernier. Je pense enfin avoir déniché celle qui répond à l'ensemble de mes critères et à toutes mes attentes. Ni trop longue, ni trop étoffée, épurée, je la trouve parfaite. A la fois simple (enfin, autant que faire se peut puisqu'il s'agit tout de même d'une jupe tutu), et évidemment décalée, notamment au regard de sa couleur peu banale (en tout cas, que je n'avais pas dans mon dressing), grise tirant un peu vers le bleu, j'en suis littéralement dingue...

Et c'est à cet instant précis que vous êtes entrain de penser: "Pfff, vas-y c'est bon, elle radote, elle nous ressort le même le sketch à chaque fois...". Ben oui, c'est vrai. Mais pour moi, les vêtements c'est comme...comme....vos animaux de compagnies quoi! Je les contemple, les câline, les chouchoute, les lave, les soigne, ils ont chacun une place particulière, a l'instar de vos clébards dans leurs paniers débiles (pour moi), à titre d'exemple. Et, pour tout vous dire, j'ai même un jour chialé comme un bébé, parce que je m'étais trompée de programme sur la machine à laver qui m'avait ruinée une robe. J'ai mis plusieurs semaines à m'en remettre. Chacun son truc, mince alors! Je vous fais une remarque moi quand vos clebs s'oublient sur les trottoirs?! Non! Ben alors.

Bref, parenthèse fermée, revenons à l'objet de mes préoccupations. Je vous présente, ce jour, un look dont j'ai longtemps cherché la qualification. En fait, il n'y en a pas vraiment. Je dirais qu'il est plutôt actuel, un peu rock ou grungi, un soupçon vintage mais, à mon sens, toujours très chic. J'avais très envie de faire honneur à ma jupe tutu. J'ai donc décidé de l'associer avec quelque chose d'encore plus décalé afin d'aller jusqu'au bout de mon délire fashionistique.

Il s'agit d'une veste type officier ou caporal asymétrique (courte devant et longue derrière), noire et légèrement irisée. Un body noir cache coeur ainsi qu'un collant, de la même couleur, à légers motifs, viennent compléter la tenue. En lieu et place d'un collier ou sautoir, j'ai opté pour un foulard en soie blanc avec des motifs en tête de mort bleus. Des petits clous en argent différents ainsi qu'une pochette vintage, en vinyle dans les tons bordeaux, apportent une touche à la fois discrète et colorée. En outre, je ne voyais qu'une paire de chaussures pouvant venir sublimer l'ensemble: il s'agit, bien entendu, de mes escarpins vertigineux (pour moi) dorés à bouts pointus achetées, lors de mon dernier voyage New-Yorkais, chez le grand Manolo BLANHIK. J'arrive enfin, au bout d'un an, à marcher correctement avec, sans avoir la dégaine de Lucky Luke! D'ailleurs, je crois qu'en entrant dans la boutique, de battre mon coeur s'est arrêté. Enfin, quant à mes dread locks, une simple queue de cheval, relativement travaillée, fait très bien l'affaire.

Je suis véritablement tombée en amour de ce look qui, non seulement, me pousse dans mes retranchements, mais en plus, me sors de mon confort habituel en matière de mode. Pour finir, au gré de mes posts et de mes différentes propositions, je m'aperçois que cela me donne toujours plus envie d'aller encore plus loin en termes d'exploration, et d'expérimentation de nouveaux horizons en la matière. J'adore cela et c'est ce qui me fait vibrer.

 Je rêverais déambuler ainsi dans les rues de Manhattan, comme Carrie BRADSHAW ou me promener dans Central Park. Mais bon, en attendant que cela devienne réalité, je me suis contentée d'un shooting photo au jardin japonais toulousain en face de chez moi... Certes, beaucoup moins glamour. Mais cette tenue qui a de la gueule bouche à mon sens, je l'adore, peu importe le lieu...

 

 

 

 

 

 

 

  • Body: MAJE
  • Jupe tutu: LUCY WANG que vous pouvez retrouver soit, à la boutique  SHOPGRUNGEMAMA, un rue d'Astorg, 31 000 Toulouse, ou sur le site www.grungemama.com
  • Veste: ANGELINA que vous pouvez retrouver soit, à la boutique  SHOPGRUNGEMAMA, un rue d'Astorg, 31 000 Toulouse, ou sur le site www.grungemama.com
  • Chaussures: MANOLO BLANHIK
  • Pochette: GALERIES LAFAYETTE
  • Foulard: PALME-Boutique PIPIA ET COMPAGNIE, 54 rue des filatiers, 31 000 Toulouse.
  • Collant: CALZEDONIA

 Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN

A bientôt!

Y.

  • PS: Rien à voir avec la choucroute, mais je souhaite (pour la troisième fois de la journée, parce qu'elle le vaut bien), un joyeux anniversaire à mon autre: Ma grande soeur!