Samedi 20 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous!

Je voulais laisser ma franglitude de côté, pour une raison bien simple: Je trouvais qu'une traduction anglaise n'allait pas véritablement refléter le fond de ma pensée. Mais après réflexion, je trouve que ça le fait pas mal ("mouah", je m'aime).

Je suis en colère, en pétard, grosse paire de boules...énervationnée quoi! Pourquoi hein? Ben à cause du temps pardi! Franchement, que toute personne pouvant répondre à cette interrogation, ô combien essentielle et consubstantielle à ma vie, que dis-je, à ma survie de fashionista, se lève ou se taise à jamais!

Le temps la, ç'est quoi son projet?! Expliquez-moi cela comme si j'avais deux ans. Nan mais sérieux les gars, on est presque fin mai quoi. Un jour, on dégouline de sueur et, le lendemain, ç'est limite si l'on ne ressort pas les doudounes. Hum...enfin...me concernant, ma peau de tebè (ie: my fur jacket). Et comme si cela ne suffisait pas, entre les deux, on se prend une drache d'un autre monde! Il se met à pleuvoir comme vache qui pisse urine mummy, urine.

Mais le temps ne se rend pas compte des désordres qu'il peut occasionner chez chacun d'entre nous...

En guise d'illustration, je propose donc que l'on prenne un sujet et qu'il soit mis en situation. Allez, au pifomètre, mais vraiment au hasard, après un loooonnnnnngggggggg tour de plouf-plouf: MOI :-). Le frère (oui, créolisme qui signifie le gars) ne mesure pas toute l'organisation, ou plutôt la désorganisation que je subis quotidiennement, compte tenu de son instabilité chronique.

Je le somme, sans délai, de venir à ma case, de regarder mon dressing, ceci aux fins de m'expliquer et ce, dans les moindres détails, la façon dont je devrais journalièrement me vêtir! Et tout cela, cela tombe sous le sens, à titre gracieux, s'il vous plaît!

Sérieux, à un moment donné (n'est-ce pas SD), il va falloir qu'il assume les conséquences de ses actes. Si je prends trente minutes de plus, tous les jours, depuis plus d'une semaine (ce qui me fait soit me lever plus tôt, soit arriver trop tard), afin savoir ce que je vais bien pouvoir me mettre sur le dos, je dis NON et, j'estime que la faute lui est entièrement imputable. Oui frère! Ta responsabilité est pleinement engagée! D'ailleurs, je me tate même à déposer plainte, pour entrave à ma liberté fashionistique eu égad à une instabilité temporelle chronique en inadéquation avec la fin du mois de mai : Amen! (et bouh! blasphème). CHEH! Voilà, ç'est dit. 

Pour autant, en attendant, il faut bien que je compose. C'est la raison pour laquelle, mon outfit of the day est à l'image du temps: Chelou.

J'imagine déjà la réaction de ma grande sis' en le découvrant: La mâchoir ouverte, les yeux écarquillés tel un hiboux (avec un "H" aspiré comme dans ...Hiss...mummy, non ne me gronde pas, je n'ai pas écrit le mot en entier )...suivis d'un éclat de rires qui la conduira à la crise d'asthme. Oui, quand elle rit trop cela lui fait cet effet. Et vu que cela lui arrive souvent lorsqu'elle découvre mes différents looks, je vous laisse imaginer son état. Bref.

Ce qu'il y a de bien quand on déménage (ce qui a été mon cas), ç'est que l'on est obligé de faire le tri. Et puis l'on découvre, ou plutôt redécouvre des choses de 1912...me concernant, des fringues, bien évidemment. Alors l'on se met à les essayer de nouveau, et puis l'on se demande pourquoi on ne les porte plus...voire même, pourquoi on ne les a jamais portées.

Et bien, ç'est ce qu'il m'est arrivé. Il y a quelques temps de cela, j'avais fait aquisition de cet ensemble bleu et blanc, que je vous présente, qui était rangé au fond, à droite, sous des piles d'autres pièces, encore étiqueté. Pourtant je l'adore, mais je l'avais complètement zappé. Ouais, au passage, je remonte un peu le fil. Je me surprends à apprécier des pièces sur lesquelles mes yeux ne se seraient jamais posés, il y a dix ans en arrière: La vieillesse épissétou!

Aujourd'hui, grâce ou à cause du frère précité la, cet ensemble s'y prêtait parfaitement. Il s'agit d'une veste à col mao et d'une jupe culotte. Et tout cela à motifs (ça y est, ma soeur est entrain de vriller). La veste est réversible. Inutile de vous dire que je la porte donc du côté face, sinon cela n'aurait pas été drôle. En dessous, et à défaut de soleil dans le ciel, j'ai choisi d'en porter la couleur, avec un chemisier sans manche, en V, ornée de deux petits boutons noirs. Je suis montée sur mes échasses dorées de dix centimètres. Ouais, j'avais envie de taquiner les étoiles. Enfin, un sac classique-chic, rose poudré (ma couleur du moment), en cuir et porté main, vient terminer ma tenue.

Ah non, j'oubliais: J'ai également étrenné mes énormes boucles d'oreilles ethniques argentées, en forme de caramboles (fruit que l'on retrouve notamment en Martinique), achetées... il y a au moins cinq ans...Shame on me!

Ceci étant précisé, je vous tiendrai, pour sûr, informés des suites qui seront réservées à mon dépôt de plainte.

Cordialement.

 

  • Ensemble: ANTOINE & LILI
  • Echasses: MANOLO BLAHNIK
  • Sac:LINEA MODA,31 rue Saint Rome, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Chemisier: COP COPINES
  • Boucles d'oreilles: Vous pouvez les retouver en tapant "créoles caramboles" sur internet.
  • Gris-noir à lèvres: M.A.C COSMETICS

 

(c): Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jean-Michel MOLIN (Photograhe) 

 

Mon facebook: 

Mon instagram: 

A bientôt!

Y.