Samedi 18 mars 2017

Bonjour à toutes et à tous!

La semaine dernière j'ai fait mon intéressante...ma crâneuse quoi. Ouais, comment il fait trop beau, c'est le printemps avant l'heure et bla-bla-bli et bla-bla-blo. D'ailleurs cette semaine, il n'a pas fait un temps printanier mais estival! Encore hier, j'étais en T-Shirt, telle une libéllule (eu égard à la grosseur de mes lunettes de soleil), entrain de flâner, déambuler dans les rues de ma Pink City. Toute la semaine, j'ai réfléchi au look que j'allais proposer en guettant la météo, qui annonçait un temps plus que clément.

Je me suis dit chouette, ç'était enfin l'opportunité de présenter un style boyfriend, un brin excentrique, bien sûr, sinon cela n'aurait pas été, évidemment, moi. J'étais toute fière et préssée de réaliser le shooting qui viendrait illustrer ce post, avec un temps quasi identique à celui d'hier quoi. Sauf que....les météorologues la, ils métérologuent quoi en fait?! Franchement, il faudrait que l'on m'explique cela comme si j'avais deux ans! Parce que si ç'est ça, je peux météorologuer aussi hein, jusqu'àààààààààà fatigué (oui, je switche avec une expression ivoirienne)! Ce matin, je me lève ("et je te bouscule, tu ne te réveilles pas, comme d'habitude"...bon ok, c'est n'imps', je me lève quoi), et ne voilà-t-il pas que je découvre, non sans une pointe d'étonnement, grisaille et vent...Bref, un vrai festival de pourravitude. Un de temps de merde mauvais temps. Nan mais sérieux, on se serait limite cru en début de mois de février. "Fout' men té égri, tchip" (créole martiniquais, dont la traduction littérale en français, plus qu'édulcorée, pourrait s'apparenter à :"J'étais un tantinet énervée"...quant au "tchip"...ben désolée, seuls les "aficiodados" peuvent comprendre, ça ne se traduit pas). Oui, parce que dans ces moments là, ce n'est pas le français qui me vient de manière...naturelle. Moi, et mon, "je t'aime, moi non plus" avec la Martinique... Mais il n'en demeure pas moins vrai que, généralement, lorsque j'ai une contrariété, mes pensées me viennent immédiatement en créole...Allez comprendre.

Toujours est-il qu'ayant déjà finalisé ma tenue et, étant juste, mais vraiment juste (trois fois rien, je l'assure) obsessionnelle, il était, en tout état de cause, HORS DE QUESTION, que je porte autre chose que ce que j'avais préalablement pensé et décidé. No way! J'ai donc bu trois cafés, fumé quatre (ou six mummy... mais c'était pour me donner du courage) clopes et me suis habillée. Jusque là, tout n'allait encore pas trop mal. Je gérais la fougère. J'ai quand même pris mon bâton de pèlerin (ie: mon parapluie), et me suis engouffrée, vaille que vaille, dans le froid de la personne (Créolisme, afin d'exprimer que cela commençait sérieusement à me monter sévère!).

Arrivée sur les lieux du shooting, mon calvaire a commencé: Tremblements, les doigts bleus (jusqu'à ce que je ne les sente plus), le nez qui coulait, a l'instar d'une rivière qui sortait de son lit (ouais, c'est pas fashion, ni glam', mais véridique). Messié fout' men soufè (Créole: Qu'est-ce que j'ai morflé ma race!)!

Bon, inutile de vous dire qu'à l'heure où je vous écris j'ai chopé la Baladie. Et oui, je suis Balade! (Complètement Balade, " (...) comme quand ma mère sortait le soir et qu'elle me laissait seule avec mon désespoir (...)", heu...je déraille vraiment ce soir, je crois que les médocs sont entrain de faire leur petit effet).

Enfin, après touuuuuuuuuuutes ces tribulations, i did it! Un look boyfriend de ce style par ce temps, mais quelle idée! Il n'y a vraiment que moi pour la trouver. J'ai donc enfilé ma veste noire d'homme, à queue de pie, vintage des années vingt que j'adore et, déjà portée autrement ici. Je l'ai associée à une chemise blanc cassé 100% viscose (vous comprenez maintenant l'une des raisons pour lesquelles j'ai eu aussi froid) ainsi qu'un noeud pap'. Pour le bas, je n'ai rien trouvé de mieux que de me vêtir...d'un short! Avec un collant résille, excusez-moi du peu!!! Et puis, mes richelieus qui m'accompagnent depuis des années maintenant. Je les porterai jusqu'à épuisement.

Comme accessoires et bijoux j'ai opté pour:

  • Une paire de créoles de forme ovale, en plaqué or, ornée d'une plume;
  • Une pochette en cuir de vachette patchwork jaune (qui peut se porter avec une anse réglable).

 Et pour finir, j'ai eu envie de reporter mon bleu à lèvres et de me faire un bun très haut.

Bon. Je crois que je vais aller me pieuter là. Il faut que je me remette de toutes ces émotions.

 

 

 

  • Chemise: SAMSOE
  • Short: SANDRO
  • Veste: AU BONHEUR DES DAMES, 8 rue d'Astorg, 31 000 Toulouse-www.au-bonheurdesdames.com (sur facebook également)
  • Pochette: LINEA MODA,31 rue Saint Rome, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Chaussures: HISPANITAS
  • Boucles d'oreilles: ZIBELLULE CREATIONS (sur facebook), point de vente LES PIPELETTES , 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook également).

   (c) Jean-Victor BELMERE

Page Facebook: https://fr-fr.facebook.com/Jean-Victor Belmère/

Profil Facebook : Jean Victor Belmère

Instagram: belmerephotography

 

Y.

 

Ma page Facebook: Fash'yon: La mode selon Yona