Créer mon blog M'identifier

Ain't no sushine when It's gone (...)

Le 13 août 2017, 18:10 dans Mode 2

 

 

 

 

 

Dimanche 6 août 2017

Bonjour à toutes et à tous!

Nous sommes en plein mois d'août. Il fait bon (parfois trop), il fait chaud (souvent à l'excès). Le soleil brille, les oiseaux chantent (enfin, lorsqu'ils ne sont pas plombés par les 40 degrés à l'ombre), mais surtout...les moustiques piquent (les joies de l'été). Cette période est supposée être la plus belle de l'année. Oui, parce que généralement, elle permet de se revigorer, de faire le plein d'énergie et de se sentir léger, afin de pouvoir affronter les mois plus "rugueux" qui se profilent à l'horizon et, qui arriveront plus vite que l'on ne le pense.

Pourtant...Vous me voyez venir?! "(...) Pourtant, pourtant, les mots sont, les mots font, les mots disent ...les mots coulent, les mots roulent sur un fil (...)". Non, en fait, j'ai simplement plaisir à citer du Vanessa PARADIS, même si cela n'a absolument rien à voir avec MA choucroute.

A la vérité, malgré ce temps estival et le soleil éblouissant, ma choucroute n'y est pas. Ma choucroute, c'est mon coeur. Mon coeur n'y est point. Il est en berne. Pour autant, j'ai essayé en vain et encore. J'ai essayé encore et toujours. J'ai essayé toujours et plus fort. Mais lorsque ça veut pas...ben ça veut pas. J'ai beau monter, descendre, remonter, redescendre, virevolter, tourner, me retourner...Je suis même allée jusqu'à tenter une rondade, voire un pas de bourrée (bouh! #Mytho!)...ben...ça ne marche toujours pas.

 Alors, à un moment donné, je pense qu'il ne faut pas se forcer et, se résoudre à lâcher prise. Nager à contre-courant, pisser dans un violon ou tourner en rond tel un poisson rouge dans son bocal sont, autant d'énergie, inutilement dépensée, revenant au même : Ils ne suffisent décidément pas à retrouver mon bien-être. Ce dernier s'est volatilisé dans la nature et ce, en dépit, du beau temps, puisque je suis dans le brouillard le plus total, dans la pénombre la plus profonde. Et c'est là que me viennent d'autres paroles, revisitées par mes soins, d'un grand auteur: "Il est où, pas là, il est pas là (...)". Ben ouais quoi, désolée de ne pas être en mode Zouk Machine pour les clichés à deux balles! Ca colle pas à la thématique! Nan, nan, vous vous fourvoyez chers amis de mes deux, chui ni aigrie, ni agressive y'a quoi?!

Mais alors que faire?! Comment gérer une énième période de turbulence psycho-bando-cocologique (tourmentée quoi, pour ceux qui ne pratiquent toulours pas le "Yonisme")?! Et bien, l'on fait comme dans l'avion: On plante ses ongles dans les accoudoirs du siège en attendant que cela passe. Bon. A ceci près que, dans l'avion, je suis généralement carrément à moitié défaite (ben ouais, j'en ai tellement peur, que je n'hésite pas à siffler les fonds de bouteilles des voisins, après l'apéro et, bien évidemment, celle que je me suis enfilée...Mummy ça ç'est pour toi, ç'est cadeau!). Ou alors, plan B, on se met à prier...Pour sûr, cela marchera, surtout l'agnostique que je suis (SD, help!)...Sinon plan C? Heeeuuuu...celui-là, on va ptêt' éviter hein.

Bref. Il faut re-la-ti-vi-ser car, je suis comme le roseau: J'ai beau plier mais je ne rompts point, j'en ai vu d'autres. En tout état de cause, tout finit toujours par passer. Il suffit juste (mouais, même si le juste là me pique) de prendre son mal en patience et un peu de recul (Attention néanmoins à ne pas tomber de la falaise, j'ai dit recul, pas saut dans le vide!). Et, en attendant que mon soleil intérieur ne revienne, je me fais du bien. Comme ce que je suis entrain de faire à l'instant. Ecrire. Ecrire sans dire. Ecrire tout en disant. Dire en me taisant. Me taisant en disant. Disant en écrivant (Mouah, que je m'aime quand je fais ce genre d'envolée lyrique qui prend davantage l'eau qu'autre chose). C'est de la physique quantique ça Mister F.? (Hum).

Et ce qui me fait du bien est, entre autres, de me plonger à corps perdu (Ce n'est pas une métaphore) dans mon dressing (Ah ben ouais les gars, ce n'est pas parce que l'on est mélancolique que l'on doit perdre le sens des priorités!). C'est comme le Mars, il suffit que je le mate pour que ça reparte!

Mon outfit du jour est street chic ou urbain chic, au choix. A défaut de joie et bonheur dans mon coeur, j'ai décidé de les porter sur moi...Et qui sait, peut-être qu'ils finiront par déteindre...

Je porte un adorable chemisier blanc à volants et, son noeud originellement lavallière, que j'avais envie d'arborer en cravate. Je l'ai associé à un bas de jogging noir, à bandes jaunes sur les côtés (je suis sûre que ma grande soeur s'étouffe là...keep cool sis', ça va bien se passer). Je souhaitais me la péter un peu avec mes peep-toes en cuir bi-matière). Un cabas jaune vient parfaire l'ensemble.

Comme accessoires, outre mes breloques habituelles, j'ai opté pour:

  • Une boucle d'oreille interminable, en plaqué or et plumes multicolores;
  • Un clou en argent;
  • Un énorme bracelet dans les tons marrons.

Et pour finir tout de même sur une note d'espoir (ben non en fait) , après avoir réecrit les paroles de Bill WITHERS, je m'attaque à celles de BARBARA (mais cette fois en respectant la lettre) :

"Dis, quand reviendras-tu, dis, au moins le sais-tu,que, tout le temps qui passe, ne, se rattrape guère, que, tout le temps perdu, ne, se rattrape plus".

Ceci dit, celle-là marche aussi:

"Mal, mal, mal! Mal, mal, mal! Mal mal, mal! soufè en ja soufè, mé mwen ké tjembé, pou tout sa ki enmé mwen, pou tousa qui ka konprann mwen, pou tousa ki ka kwè an mwen." (Joëlle URSULL)

 

 

 

 

  • Chemisier: KAREN MILLEN
  • Jogging: SANDRO
  • Peep Toes:  MELLOW YELLOW
  • Boucle d'oreilles: FRANCK HERVAL
  • Cabas: GUESS
  • Bracelet: MARC DELOCHE
  • RAL: M.A.C COSMETICS

(C) 

 

Facebook: 

Contact: +33 651148358

Mon facebook: 

 

Mon instagram: 

A  bientôt

Fas'Yon

Life is too Short!

Le 20 juillet 2017, 14:21 dans Mode 2

 

 

 

Le 15 juillet 2017

Bonjour à toutes et à tous!

"Voilà combien de jours, voilà combien de nuits, voilà combien de temps" ....que je n'ai rien écrit...Et oui, Barbara sors de ce corps, car "cette fois" ce n'est pas (encore) mon dernier voyage (au passage, clin d'oeil à Mister F.).

Mon dernier post (à relire ici) date du 20 juin 2017. Même si je pourrais opposer une fulltitude de prétextes, ceci aux fins de justifier ma soudaine "désertion", du style, pas le temps, trop de taff, trop chaud, crève etc, etc...Je dois me rendre à l'évidence: Ces derniers temps, je n'avais tout simplement pas (voire plus) envie. Je vivais les shootings ainsi que leurs préparations, davantage comme une contrainte que, comme un plaisir. J'en avais presque oubliées tant la raison pour laquelle j'avais commencer à blogguer que le bonheur que cela me pouvait me procurer. Alors, on chouine tous un bon coup ou c'est comment?!

Mais, à la vérité,  il y a comme une sonnette d'alarme qui s'est déclenchée dans ma tronche. J'ai ressenti un besoin urgentissime de faire une pause, histoire de ne pas me perdre définitivement. Pour autant, ce qui me rassure, c'est que nombre de blogueuses passent par cette phase, à un moment ou à un autre. En effet, contrairement à ce que l'on peut imaginer, le blogging n'est pas forcément chose aisée. Pour ma part, cela suppose toute une organisation (et ceux qui me connaissent  savent ô combien organisation est synonyme de Y.) d'un autre monde. Ben ouais quoi, il faut choisir le thème, les pièces que l'on a envie de partager, définir les modalités pratiques du shooting...et puis, me concernant écrire... même si je pourrais me contenter de balancer quelques photos "épissétou". Mais ça, je ne sais pas faire...me concernant, les deux allant de pair (mouah, je m'aime quand je fais ce genre de rime improvisé).

Donc après m'est réunie avec moi-même (et dieu seul sait si mes auto-réunionites durent des plombes!), je suis partie pour mieux revenir. Et oui, i'm still alive babes!

En conséquence, j'ai pris la résolution suivante: Je ne postererai uniquement que lorsque le coeur m'en dira, quand j'aurai véritablement envie de proposer ou/et de partager...avec comme seul maître-mot: Plaisir ("Pour le plaisiiiiiiirrrrrrr, il faut savoir prendre le temps (...)", ben quoi?! Herbert LEONARD, la base!).

Ceci étant précisé, et la séquence émotion étant terminée (hum...enfin presque compte tenu de ce qui suit), démarrons les hostilités.

Même s'il ne s'agit inconsciemment que d'un pur hasard (auquel je ne crois definitivement pas!), le 14 juillet 2016, j'avais écrit un article intitulé: "Chic en short: L'âge de raison!   Dans ce post, je faisais, entre autres, état de mes complexes (encore et toujours eux hein) parmi lesquels, celui de me mettre en short, à cause de...de...ben de mes gambettes dont je n'ai jamais été véritablement folle (doux euphémisme quand tu nous tiens).

D'ailleurs, en me relisant, je me suis trouvée un brin gnangnan, un poil Cucul la praline...Bon, allez, il faut que j'appelle un chat un chat, je le lâche (sorry mummy): Je me suis trouvée chiante à m'ouvrir les veines! Pire! A me suspendre à un bonzaï! Nan mais sérieux quoi, on aurait dit une gamine de 12 ans à qui l'on venait de piquer son goûter (SD, ça c'est pour toi!). En même temps, peut-être me ferai-je la même réflexion dans relisant cet article en 2018, à ceci près que maintenant, j'assume!

Toujours est-il qu'un an plus tard, je présente à nouveau, un outfit composé d'un short, mais cette fois-ci, en denim. Dois-je préciser qu'il est devenu un indispensable de mon dressing et, que je me demande encore comment ai-je fait pour vivre jusqu'à ce jour sans lui?! Ok, je ne le dirai pas. Je le porte avec avec un chemisier, en dégradé de couleurs, ultra-léger que j'adore. Et puis, il faut que je vous présente mes sandales argentées, à talons, dont je ne me sépare plus, depuis ce début d'été. Et pour parfaire ma tenue, voilà mon nouveau bébé: Mon cabas dans les tons rosés (oui, en ce moment, j'obsède sur les couleurs pastels, cela passera peut-être, mais j'en doute, vu ma légère tendance à la fixette), petit cadeau acquis pendant les soldes (mais évidemment non soldé! Grrrrr, je m'énerve!!).

Comme accessoires, j'ai opté pour:

  • Des double clous en acier
  • Un collier en maille en acier

Et voilà, so summer and so chic, because life is too Short, isn't it?!

 

 

 

  • Boucles d'oreilles et collier: AGATHA
  • Chemisier et short: MAJE
  • Sandales: L.K BENNETT
  • Cabas: KARL LAGERFELD

(C)

 

Facebook:

Contact: +33 651148358

Mon facebook: 

 

Mon instagram: 

A  bientôt

Fas'Yon

Zaful immersion: Fully fit with Zaful world!

Le 20 juin 2017, 00:06 dans Mode 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 19 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous!

Abstraction faite de la chaleur suffocante et assommante du Sud-Ouest de la France,  il n'est pas chose aisée pour moi d'écrire cet article. En effet, comme beaucoup de blogueuses, il arrive que différentes marques ou divers sites en tout genre nous approchent. Mais, si jusqu'à lors, je m'étais toujours refusée à cet excercice, tant mes exigences sont nombreuses (Et, au passage, au risque que l'on pense que j'me la raconte, m'en fiche! Ouais, j'me la pète, y'a quoi?!), je me suis finalement laissée tenter, parce que je suis de nature curieuse (ouais enfin, ça c'est un euphémisme = "makrélage" -curiosité en créole martiniquais- quand tu nous tiens). Bref, toujours est-il que j'ai sauté le pas, en testant la boutique en ligne, ZAFUL. 

Après mûre réflexion, j'ai décidé de vous dire ce que j'en pensais...de façon...heu...enfin..."défiltrée"?! Naaaaan, faut pas pousser (même si c'est un peu ma marque de fabrique)... disons, la plus honnête possible. J'ai donc commandé une robe, un lacet en guise de collier ainsi qu'un cabas, imitation cuir, qui composent l'outfit du jour. 

Préalablement, ce qu'il faut savoir, ç'est que j'ai vraiment passé une bonne soirée avant de m'arrêter sur cette tenue. En effet, la boutique en ligne ZAFUL regorge de propositions. Et même en filtrant à l'onglet "dress", j'ai failli attraper une entorse du pouce! Bref, après avoir fait mon choix et validé ma commande, la livraison a été assez rapide... De mémoire, moins de dix jours et ce, alors même que j'avais pu lire que celle-ci pouvait prendre des mois.

En ouvrant le colis, moment le plus excitant (N'est-ce pas!), je n'ai été surprise, ni dans un sens, ni dans un autre.  Les pièces étaient, tout simplement, conformes à ce à quoi je m'attendais. Je m'explique: J'ai pu également lire beaucoup d'avis retranscrivant la déception en prenant connaissance de la ou des pièce(s) commandée(s) notamment, "parce que ça ne faisait pas comme sur le mannequin de présentation" (sic). J'aurais pu ajouter "et gnagnagna"....Mais non mummy, je ne le dis pas. Alors, afin que cela ne vous arrive pas ne pas, il me semble utile de prendre quelques précautions d'usage, ci-après déclinées:

  1. Il faut TOUT lire, mais vraiment tout, à commencer par la composition des pièces. Le site étant en anglais, optez pour la traduction google, le cas échéant. Pas folichon, mais  si vous n'êtes pas bilingue, cela suffira amplement (bon, ouais ok, ok j'lai fait, shame on me).
  2. Il faut se mesurer de la tête au pied, en passant par le gros orteil (ou l'aisselle). Cela peut prendre du temps, mais ç'est super important parce que les pièces taillent petit. Il ne faut donc pas vous formaliser (hum, hum, oui, je sais que c'est chiant ce n'est pas évident) de prendre la taille au dessus de la vôtre...Et cela évitera surtout les "divines surprises" et autres déceptions.
  3.  Il faut arrêter de faire une projection: Le mannequin sur la photo.....ben ç'est pas vous! Donc inutile de vous faire des films, la pièce choisie ne vous ira jamais aussi bien qu'à lui! Cela a le mérite d'être clair.
  4. A mon sens, il faut éviter les pièces, a priori, cintrées ou trop près du corps, les coupes étant, à tout le moins, aléatoires.

Une fois ces formalités accomplies, vous pouvez vous lancer dans la quête, puis le choix de la pièce qui vous fera tourner la tête. 

L'avantage de ce site en ligne est, selon moi, qu'il offre un large choix de fringues (c'est d'ailleurs impressionnant), très tendances dont les prix sont, par ailleurs, hyper attractifs. En revanche, il ne faut pas s'attendre à une qualité oufissime. Pour la robe que je porte, j'ai dû reprendre (du moins faire reprendre), tous les boutons qui tombaient les uns après les autres. Ben ouais, je ne sais pas si cela vaut pour tout, mais cette pièce est, en l'occurence, assez fragile.

Alors maintenant que vous savez tout de mon expérience ZAFUL, si cela vous tente, vous trouverez le lien en fin de post. S'agissant de mon outfit of the day, j'ai choisi une robe fluide, longue à rayures bleues et blanches et, épaules dénudées. J'ai ressorti mes sandales compensées à paillettes, pour la touche fun (comme celles du p'tit Lu). Un cabas en imitation cuir (mon premier...heu... et dernier) vient compléter l'ensemble.

Comme accessoires, j'ai opté pour:

  • Mes énormes boucles d'oreilles à tendance ethnique;
  • Un lacet noir en guide de collier trouvé sur le site ZAFUL;
  • Mon bracelet (gris-gris) dont je ne me sépare plus (M.F si tu me lis!);
  • Mon énorme capeline en papier tressé.

Me voilà fin prête pour aborder l'été: Made in ZAFUL.

 

 

 

 

 

 (c): Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: https://jeanmiphotographie-book-fr.book.fr

Facebook: Jean-Michel MOLIN (Photograhe) 

A bientôt!

Y.

Mon facebook: 

 

Mon instagram: 

Voir la suite ≫