Créer mon blog M'identifier

My winter onion style!

Le 22 janvier 2017, 21:45 dans Mode 0

Bonjour à toutes et à tous!

HO-MY-GOD! OH-MON-DIEU! BONDIE-SEYIN! Anglais, français, créole...oui, je suis trilingue y'a quoi?! Ca pique, ça me bat (traduction littérale du créole: Sa ka bat' mwen)! Ca? ben l'hiver, sacre bleu!

Je ne vous cacherai pas que cette semaine fut particulièrement rude...Ce temps pourrav' on en parle?! Enfin, cela ne devrait même pas être une question, mais une obligation, voire une injonction. Alors je recommence. Ce temps pourrav', il faut que l'on en parle. Je sais, je sais que vous en avez assez de mon sempiternel point météo...Mais, franchement là, je me pose la question depuis le début de la semaine: Comment vais-je bien pouvoir survivre. En même temps, à bien y réfléchir, je prends conscience que je m'interroge depuis septembre 1997, date à laquelle j'ai laissé ma Martinique natale pour débarquer en France métropolitaine. Chez nous, on dirait, pour aller vivre "là-bas". Et en écrivant cela, j'ai soudain une petite montée parce que je réalise que cela fait vingt ans que je j'y réside....heu, je crois que je vais aller faire quelques exercices de respiration sans délai, et je reviens..., ...., ..., ..., ..., ..., ....voilà. Passons.

Le plus drôle, enfin, si je puis dire, c'est quand j'ai mummy au téléphone qui, je vous le rappelle, vit toujours au pays, me sort un truc du genre: "Ma chérie, j'ai eu tellement froid l'autre soir que j'ai dû mettre une (pe)tite laine!' (oui, parce  que, comme partout, on déforme parfois les mots: Les parigos diraient "p'tites", les sudistes "petiteu"...et bien aux Antilles, on dit "tite")Alors, puisqu'elle m'a bien éduquée, et que je suis très urbaine, je me contente de lui répondre un simple "Ah oui?".

Pour autant, ce n'est pas du tout ce qui me vient en tête. Du tout, du tout, non, non, non, non! En réalité, lorsque j'entends cela, mon cerveau se met à vriller!" Tu dis quoi là? Tu peux répéter parce je crois qu'il y a de la friture sur la ligne. Une tite laine?! Nan mais t'es sérieuse ou bien?! Tu me fais suer  (en fait, vous aurez bien compris que ce n'est absolument pas ce terme qui me traverse l'esprit), avec ton tit froid et t'as tite laine de m....... moineau (Oui, on appellera cela de la laine de moineau)". Ben ouais les gars, c'est cela que j'ai envie de lui rétorquer.

Franchement, à un moment donner, il faut tout de même remettre les choses en perpective! On s'est tapé du moins six, jusqu'à moins dix le matin dans le Sud Ouest. Quand, j'allume une clope, je ne sais même plus à quel moment s'arrête la fumée que j'expire et, quand la buée provenant du froid, prend le relais. En sus, je suis atteinte du syndrome de Raynaud qui est, pour ceux qui ne le connaissent pas, un trouble la circulation sanguine des doigts et des pieds, aggravé par le froid. Ouais, je sais, j'aurais dû "faire élue politique" comme "métier" à force de cumuler. Bref, tout cela pour dire que je ne sens pas plus mes doigts que mes pieds, qui oscillent entre le beige-gris, pendant ces températures. Donc si l'on résume, quand je fume par exemple, je ne sais pas ce qui ressort de ma bouche, ni comment j'arrive à tenir ma clope. Et pour faire repartir ma circulation, je suis obligée de me plonger mes extrémités dans l'eau brûlante. Au passage, je ne sens plus également mes oreilles ni mon nez...raison pour laquelle d'ailleurs, j'ai toujours un mouchoir en poche, parce que je ne sais jamais si quelque chose de pas très "catholique" pourrait en sortir...so glam, je vous vois me lire! Bon. On passera sur les claquages de dents et autres tremblements en tout genre....

Et, pendant ce temps là, Madame mummy a eu tellement froid qu'elle a été contrainte de revêtir "une tite laine"...Heu, attendez deux secondes, je vais hurler un bon coup là, et je reviens...,...,...,...,...,...,...,...,...,....! Pfiouuuuu, voilà, je vais mieux. Merci.

Concomitamment, nous sommes en deuxième démarque des soldes. Et en fin de mois. Enfin, financièrement et me concernant. Je ne vous dis pas dans quel état de décrépitude intense je me trouve. Je suis au bord de l'apoplexie (et toujours dans la nuance bien sûr). Donc, comme je ne vais pas me terrer chez moi, en attendant tout à la fois que les soldes et l'hiver se terminent, il faut bien que je trouve un kit de survie. Et c'est là qu'intervient ma proposition du jour: L'onion style!

Le concept est très simple: Enfiler des couches, des couches et encore des couches de fringues. En effet et, cela n'engage que moi mais, abstrasction faite de ma fur jacket que je vénère, je me refuse catégoriquement à porter une pièce du type doudoune ou assimilée, qui me ferait ressembler à un bonhomme Michelin...au bibendum quoi. C'est contre ma religion modalistique et je n'y dérogerai jamais. En conséquence, je suis évidemment interdite de séjour dans certains pays, genre Norvège ou Finlande, et je vous devance dans vos interrogations: le ski, même pas en rêve (bon, en revanche le vin chaud, la raclette tout ça tout ça, ç'est négociable....).

 Par conséquent, comment, à mon sens, demeurer un brin looké par ces températures glaciales? Comment ne pas être frigorifiée sans pour autant renier sa fashion attitude? L'onion style est ma solution. Car, pour la grande frileuse que je suis, la superposition de couches permet d'avoir bien chaud, tout en apportant des touches de style. Et je trouve le rendu plutôt pas mal, qui s'apparenterait à un machin bohèmo-ethnico chic décalé à la sauce Y. En même temps, il faut que j'arrête de qualifier mes tenues...parfois (de plus en plus) inqualifiables.

Donc je commence. Je porte des sous-vêtements. Jusque-là, tout va bien. J'ai ensuite enfilé un collant résille à motifs étoilés ainsi qu'un body en coton noirs. S'agissant du deuxième pallier, j'ai revêtu un jean skinny noir et une magnifique veste en cuir bi-matière noire, avec des manches fantaisies. Vous comprenez maintenant, la raison pour laquelle je vous parlais de deuxième démarque et, de fin de mois prématurée. Naaaaaan mais cette veste est d'une tuerie sans nom (et blablabla et blablablo, justification habituelle sans fin, comme d'hab' quoi)...dont vous ne verrez uniquement que les manches cette fois-ci (mais rassurez-vous, elle refera surface très vite) puisque j'ai ajouté un troisième et dernier pallier: Un pancho. Il est gris avec de légères touches de bordeau, relativement court et orné de quelques franges. Je l'adore! Avec tout cela, des bottines à lacets et talons carrés noirs.

Comme bijoux, outre ceux habituellement portés, j'ai choisi:

  • Un sautoir à grosses perles avec une tête de buffle ornée d'un cauris;
  • Une paire de créoles, en plaqué or, avec des petites perles de miyuki.

Enfin, j'ai opté pour un super cabas en cuir, d'une forme simple, en vachette imprimé "chien", avec une petite fermeture à lacet cuir, ainsi qu'une trousse attachée à l'intérieur. Le modèle existe également en zèbre ou en vache (ce sont des modèles uniques). Je vous mettrai les coordonnées en fin d'article. D'ailleurs les nenettes, un super prix vous attend avec le code promo: Fash'Yon :-)!

Donc voilà, stylée, pas bouboulina (boudinée quoi)...mais sans "tite laine" par ce temps!

 

 

 

 

 

 

  • Body: MAJE
  • Jean: DIESEL
  • Veste: PINKO
  • Pancho: KOOKAI
  • Collant: CALZEDONIA
  • Bottines: DENOUEE
  • Sautoir: T'AS VU LA VIERGE ?!, à retrouver chez les LES PIPELETTES, 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (Sur Facebook et instagram)
  • Boucles d'oreilles: SATELLITES, à retrouver chez  LES PIPELETTES, 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (Sur Facebook et instagram)
  • Sac: LINEA MODA, 31 rue Saint Rome, Toulouse (sur Facebook)

 

Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN et JMM PHOTOPGRAPHE

A bientôt

Y.

When vintage met trendy...Perfect combo for winter!

Le 17 janvier 2017, 21:02 dans Mode 2

Bonjour à toutes et à tous!

J'aime pô l'hiver! Nan, j'aime pô! Et plus les années passent, moins ça passe.

Entre la froideur et la pluie...ou dans la même journée, froideur, pluie et accessoirement vent, j'en ai assez. Là, cela devient vraiment critique, et "c'est que le début d'accord, d'accord...". Merci Françis (CABREL, pour les intimes). Il ne manque plus que la neige. Et dire que cela va durer plusieurs mois...Mais il faut prendre son mal en patience que voulez-vous que je vous dise. Néanmoins, restons positifs, les jours rallongent...Ouais, il commence à faire nuit à 17H45 au lieu de 17H30. Ce n'est pas beau ça? Youpi...j'ai vraiment du mal à contenir ma joie. J'intériorise...

Bon! Passons aux choses sérieuses: les soldes et ma proposition du jour. Concernant les premières, alors que mon porte-monnaie crie famine, pleure, sanglote et, me répète sans cesse que la nouvelle année est synonyme d'augmentation d'impôts et autre redevance en tout genre mon esprit, que dis-je mon moi profond...mais qu'est-ce que je raconte là, mon coeur me rabâche: "Va, vis et deviens". Inutile de vous dire que, très bizarrement,  je n'ai qu'une envie, c'est d'écouter mon coeur.

En même temps, pour une fashionS addict, ne pas faire les soldes est un supplice sans nom. La frustration engendre une douleur telle, qu'elle en devient presque inqualifiable. Quoique, en cherchant bien, c'est comme si l'on vous mettait votre pâtisserie préférée sous le nez en vous défendant d'y toucher (moi, en ce moment, je beugue sur la galette à la frangipane, v'là le bide que j'me paye, soit dit en passant) ou alors, que vous aviez un énorme envie de fumer, un dimanche ou un jour férié à 21 heures et, que toooouuuuuus les tabacs à 50 kilomètres à la ronde étaient fermés (oui, ça c'est plus que du sacré vécu!). Bref, c'est juste horrible! Et puis, le coeur à ses raisons que la raison ignore, non?! Ouais, ouais, je sais, je me justifie parce que j'avoue avoir une once de culpabilité... Et vu que la privation m'insupporte, j'ai évidemment craqué. En même temps, je me doute que cela n'étonne personne. Pas même mon porte-monnaie. Donc, l'auto-conviction est mon seul salut! Salut, par ailleurs, dont je me félicite quand même, dans la mesure où j'ai été très raisonnable (juré, craché mummy). Je n'ai flashé que sur une seule pièce... Bon ok, il y a juste un petit hic...Les soldes n'ont commencé qu'hier! The challenge à relever, ne pas rechuter. J'y crois à mort...voire même à vie.

Allez, on avance. Pour ceux de ma génération (Oh pétard, on en revient toujours à eux, enfin à nous quoi), vous aurez reconnu le petit clin d'oeil de l'intitulé de mon article, en référence au film "When Harry met Sally" (coucou sis'), jolie comédie sentimentale de Rob REINER.  Oui, j'assume, j'adore les comédies romantiques, c'est mon côté guimauvette (et on s'en fiche un peu). En substance, à travers la rencontre de deux personnages, ce film soulève la question de savoir si les hommes et les femmes peuvent être amis sans arrières pensées d'ordre sexuel...Ben, si vous ne l'avez pas vu, je vais le spoiler puisque sa conclusion est non. Après, chacun est libre de penser ce qu'il veut, mais je partage entièrement cet avis...sauf peut-être avec mes amis gays...et encore..bref, passons. Mais à mon sens, c'est juste improbable...une fois de plus, à l'image de ma proposition du jour.

En effet, au départ, j'avais dans l'idée de me vêtir d'une robe que je porte régulièrement en cette période. Elle est tout à la fois moderne, chic, droite, fluide (mais épaisse), courte et à manches longues. Et pour une fois, il s'agit d'une pièce multicolore, mon dressing hivernal étant principalement constitué de fringues noires. J'ai coutume de la porter sous un manteau qui me tient bien chaud, et cela me suffit amplement. Euh, enfin... "Zait"...cela me suffiSait jusqu'à présent. Mais! Vous vous en doutez bien, il y a un MAIS! C'était sans compter, la pièce dont je viens de faire acquisition et qui m'a littéralement retourné le cerveau: THE JACKET. Il s'agit d'une vraie veste d'homme (oui, vous avez bien lu), à queue de pie (non, vous n'êtes toujours pas miros), des années 1920 (10 sur 10 à chaque oeil avec ou sans correction, bravo!), dégotée dans une boutique uniquement vintage. Elle me tient super chaud. Comment ai-je pu passer à côté de cette boutique qui existe depuis une quarantaine d'années, alors même que je vis depuis maintenant neuf ans à Toulouse? C'est juste inadmissible, la méga shuma quoi! Shame on me quoi! Bref. La honte. Toujours est-il que dès que je l'ai enfilée, j'ai su qu'elle et moi ne ferions plus qu'un, ainsi qu'un petit bout de chemin ensemble. C'te veste, je vous jure, un vrai petit bijou (selon moi, évidemment)!

Et l'improbabilité de la rencontre entre cette robe et cette veste est un doux euphémisme. J'en ai presque la larme à l'oeil (oui, j'ai la larme facile dès que j'évoque les fringues).

Alors, j'explore, j'étudie, j'analyse, j'ausculte, je creuse, j'expérimente toujours plus de nouvelles associations modalistiques: c'est que cela en deviendrait presque scientifique. Un avis sur la question Fred? Et réalité, je réalise qu'en me couvrant, à travers différents looks, je me découvre. Car, qui aurait pu pensé, ni même imaginé, il y a encore un an de cela, que j'oserais proposer une telle tenue, oscillant entre vintagitude et trendytude, avec une touche d'ethnicitude, d'une contrastitude saisissante (Larousse si tu me lis...). Pas moi en tout cas!

Et tant qu'à faire, allons-y  donc gaiement en forçant le trait. J'ai ressorti mon chapeau de type borsalino marron, pour le côté vintage. Et je porte un sac à main, pour le moins tendance, en cuir vachette noir à franges (avec une anse longue réglable pouvant être porté à l'épaule), pour la partie trendy. Le collant noir opaque est bien évidemment de rigueur. Et j'en termine par des bottes noires à talons de 7 centimètres.

S'agissant des accessoires, j'ai opté pour les bijoux, à tendance ethnique, suivants :

  • Une paire de boucles d'oreille nacre et perle de corail tissés de la Maison Française, une grande marque de bijoux fantaisies;
  • Un jonc en argent, très fin, orné d'un maginifique cauris;
  • Une bague plaquée or, en tête d'indien.

Finalement, ne dit-on pas que "les opposés s'attirent" ? Bah, je vous vois venir avec vos esprits de contradiction, vous allez me rétorquer que l'on affirme également que: "Qui se ressemble s'assemble". Mais à bien y réfléchir, les deux adages, étant représentatifs de ma proposition, conviennent parfaitement ;-)!

NB: Tu noteras mummy que je n'ai pas mes lunettes (même si j'y vois que dalle), just for you babe!

  • Robe: SANDRO
  • Veste: AU BONHEUR DES DAMES, 8 rue d'Astorg, 31 000 Toulouse-www.au-bonheurdesdames.com (sur facebook également)
  • Collant: CALZEDONIA
  • Bottes: TED&MUFFY-www.tedandmuffy.com
  • Sac: LINEA MODA31 rue Saint Rome, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Boucles d'oreilles: SATELITTE, à retrouver chez LES PIPELETTES, 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook également)
  • Jonc et bague: LES PIPELETTES, 43 rue des Tourneurs, 31 000 Toulouse (sur facebook et instagram également)
  • Chapeau: AUTAN MODES- 50 rue d'Alsace Lorraine, 31 000 TOULOUSE.

 

Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN et JMM PHOTOPGRAPHE

 A bientôt!

Y.

Happy New Year with my fur jacket...ou dans ma peau de tebè!

Le 8 janvier 2017, 11:54 dans Mode 0

Bonjour à toutes et à tous!

En réfléchissant à la façon dont j'allais vous présenter mes voeux, je voulais qu'ils soient sobres, du genre: Je vous souhaite une très belle et heureuse année 2017, à vous ainsi qu'à vos proches. Qu'elle vous soit douce, et vous apporte tout qu'il y a de meilleur. Seulement, la suite dans ma tête s'est transformée en "blablablabla...et rebla". Bref, j'ai vrillé quoi! Pourtant et, ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais en vain. Je désirais tellement être soft, tout en rondeur, délicatesse, urbaine et pleine de vernis social...Finalement, insipide quoi! Décidément, je ne suis et ne serai jamais conventionnelle! C'est comme cela.

Donc, en lieu et place de voeux gnangnans, j'ai simplement envie de vous dire ceci: life is too short! Alors, bouffez la vie, brûlez la par les deux bouts, croquez la à vous en faire péter le bide, dévorez la...Et soyez vous-mêmes: timides, grossiers (bon ça, c'est pour moi!), expressifs, introvertis, expansifs, polémistes, discrets, dérangeants, délurés, déjantés, passionnés, classiques, simplistes, écervelés, déprimés, heureux, prétentieux, sensibles, complexes, dépressifs, la liste n'étant pas exhaustive...Demeurez tels que vous êtes, parce que l'on vous aime ainsi, en tout état de cause! Voilà, ça c'est fait.

Enfin, Noël et la Saint-Sylvestre sont passés...Alléluia! Reprise du taff, avec un temps plus que pourri...L'hiver ne nous épargne pas les gars.

Pour autant, j'ai envie de contrecarrer cette grisaille et cette froideur, en commençant l'année, de la même façon dont je l'ai terminée ici: Rock'n Roll! Ouais, je vous l'ai déjà dit, j'ai des petites tendances obsessionnelles. A titre d'exemple, et même si cela n'a absolument rien à voir avec la choucroute, il m'arrive de manger tous les soirs la même chose. Il fut un temps, je faisais une fixette sur le sandwich au saumon. Sur la vie d'un chat, j'ai dû en manger pendant quasiment quatre mois d'affilée. Inutile de vous dire que rien que l'odeur du saumon me file maintenant la gerbe. Il y a eu une autre époque, où mon obsession était la glace Magnum, vanille chocolat. J'en mangeais par deux, en dessert. Même conclusion que le saumon, avec les spots en plus. Mon visage ressemblait à une mercerie ambulante. 

En matière modalistique, c'est pareil. En ce moment, j'ai envie d'être rock et déjantée. J'ai envie de casser mes codes et d'aller encore plus loin dans ma fashion exploration. J'ai envie d'être fun et un brin youhou! Bon. Que l'on se comprenne bien: j'aime bien travailler un minimum mes looks quand même. Toutefois, dans la mesure où je me fringue en fonction de mes humeurs, il me tient à coeur qu'elles en soient représentatives. Alors évidemment, je sors encore plus de ma zone de confort. Et c'est cela qui me fait vibrer.

Toujours dans la contradiction qui me caractérise, ce n'est pas parce que j'ai une profonde aversion pour Noël que je n'aime pas son papa ainsi que ses lutins...Et cette année, puisque j'ai été une fifille très sage comme une image, il était tout à fait normal que j'en fusse récompensée. Je suis gonflée mummy? Oui, je sais.

La tenue que je vous propose aujourd'hui, est donc rock et comporte une pièce maîtresse, pour le moins controversée. Une veste en vraie fourrure. Oui, le mot est lâché: "vraie"! Alors, j'ai eu droit à tout: "Une veste en vraie fourrure?! Nan mais t'es sérieuse?! Du lapin?! Mais quelle horreur! tu n'as pas honte?" A cet instant précis, j'aimerais poser un petit émoticône avec le majeur en l'air une mine toute triste.

Mais alors, ce qu'il y a de marrant enfin, si je puis dire, c'est que je constate que les gens les plus "choqués" par cette pièce ne sont pas ceux auxquels l'on pourrait légitimement s'attendre: les végans. Eux, sont contre, dont acte. Et chacun étant libre de ses choix et de ses idées, cela ne me pose aucun problème. Après tout, la liberté s'arrête là où commence celle d'autrui, non? D'ailleurs, en tant que juriste, cela me fait penser à l'article 4 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 qui dispose, entre autres, que: "La liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui (...)"...Heu, autrui étant l'être humain et non vivant, s'il est utile de le préciser (meuh nan, je ne vous prends pas pour des arriérés profonds). Sinon, j'me la raconte un chouïa là, mais je le vis très bien. Merci. Soyez heureux que je ne vous ai pas placé un "nonobstant"!...cela viendra peut-être un jour. Bref, j'arrête mes digressions  (non, blague, je ne peux m'en empêcher).

En réalité, et là où j'ai été véritablement surprise, ce sont des remarques provenant de personnes les plus offusquées qui: s'enfilent une bonne entrecôte saignante, se bafrent de foie gras pendant et, en dehors des fêtes d'ailleurs, apprécient les bons fromages, les produits laitiers en général, utilisent, sans aucun complexe, des produits cosmétiques et prennent des médicaments allopatiques à outrance testés sur des animaux et surtout... portent naturellement des pompes en cuir, des vestes en laine ou en soie...en fait, ces gens-là me font penser aux anciens fumeurs...Ils sont in-sup-por-ta-bles. Et, ce qui m'exaspère le plus est leur manque de cohérence et d'esprit critique à leur égard. Car, quitte à s'insurger, autant aller jusqu'au bout de la réflexion, non ?! En même temps, je dis ça, je dis rien...

Néanmoins, il y a encore pire, le cran au dessus, les nanas qui taquinent les étoiles. Il s'agit de celles qui portent de la fourrure, puisque, cela ne vous aura pas échappé, c'est l'une des tendances de cet hiver et, qui prennent grand soin de préciser notamment, sur les réseaux sociaux: "Mais attention, #faussefourrure!"...On dirait presque qu'il s'agit là d'une revendication politique...je précise presque....parce que... il faut se l'avouer...non, je me tais, je me tais sinon, je risque d'être un tantinet désagréable. Pour autant, cela me brûle les doigts de ne pas ajouter en commentaire: "Mais attention, #jemencontrefiche!" ou alors, #paslapeinedeleprécisercelasevoitàloeuilnu, ou enfin " Pis sinon, rappelle-moi l'association de défense des droits des animaux pour laquelle tu t'es engagée déjà?", "Tu peux me parler de tes différentes actions menées dans ce cadre, non, juste par curiosité...". Cela m'excagasse d'une force intesidérale.

 Vous aurez deviné que sur moi, cela glisse a l'instar de ma peau de tebè toute douce. J'assume pleinement  ma veste en vraie fourrure et j'adooooooooooooorrrrrrrrrreeee cette pièce, qui manquait cruellement à mon dressing. Dans les tons marron et noir, elle tient super chaud. Je peux me contenter d'une chemise en soie et même d'un top en laine en dessous ;-), par deux degrés! Ainsi, c'est la pièce centrale de ma tenue du jour. Merci mummy et (beau) papa Noël!

Pour changer, j'ai choisi de la porter en total look noir. Et, oui, le noir en hiver, c'est mon talon d'achille. J'ai donc revêtu un body, à manches longues, en cache-coeur, légèrement drapé sur le côté. Je l'ai associé avec un short, très simple, ainsi qu'un collant résille, que je mets chaque hiver, et dont je constate qu'il revient en force cette année. J'ai enfilé des boots, mi-richelieus mi-derbies à lacets. Et j'en termine avec ma grosse ceinture en cuir marron que j'affectionne particulièrement, ainsi des mintaines en cuir (plus facile à porter quand tu fumes des clopes!). Ah! et j'ai remis mon bleu à lévres dont je suis tombée en amour. Etre humain et être vivant ne font plus qu'un!

Côté accessoires, j'ai été plus light, histoire de ne pas ressembler à un sapin de Nöel. J'ai donc choisi:

  • Des boucles d'oreille"ACROBATES" en acier et cuivre émaillé rouges, de la créatrice de bijoux Marie-Pierre GINESTET (l'un de mes coups de coeur de cette fin d'année et pour laquelle j'ai consacré un article que vous pouvez retrouver ici) en collaboration avec Estel LOUATY. Elles sont tellement légères, voire aériennes, que l'on n'a même pas l'impression d'en porter.
  • Une broche  "HAIKU", découpée en acier inoxybable patinée et acier bleue toujours de la même créatrice.

Et, pour parfaire la tenue, j'ai opté pour un sac en cuir vachette noir, avec rabat et effet brillant, de ma boutique de maroquinerie fétiche LINEA MODA. Je le porte à l'épaule, sachant qu'il est réglable. D'ailleurs, à ce propos les filles, je vous incite vivement à vous y rendre, en précisant le code Fash'Yon. Grâce à ce dernier, vous aurez droit à une petite promotion faite rien que pour vous. Et les premières seront toujours les mieux servies. Pour rappel, voilà les sacs déjà portées ici, , , , ou encore. Si vous n'êtes pas toulousaines, vous pouvez également les commander via la page Facebook du site.

Les amis, c'est tout pour aujourd'hui....déjà pas mal non? 

Une dernière petite digression (oui, je ne n'en suis plus à une près). Caliméro souhaite bon vent à son #BN, sans lequel, je pense sincèrement que la réalisation de ce blog n'aurait pas été possible. Je mets, sans délai, en application l'une de mes résolutions de 2017: Je "t'M" toi de moi.

 

 

  • Body: MAJE
  • Veste et Short: SANDRO
  • Ceinture: BAS&H
  • Boots: DENOUEE
  • Bijoux (boucles d'oreille et broche): Marie-Pierre GINESTET, Créatrice de bijoux.  Courriel: Ginestet.mp@neuf.fr. Téléphone 06.13.29.42.27 (sur facebook également, Ginestet MP). Pièces émaillées en collaboration avec  Estel LAOUATY.
  • Expositions sur Paris (bijoux acier et émail) : Galerie engrenages 107 rue des dames, Paris 17éme. Galerie objets rares: 11 rue paul Bert, Paris 11ème.
  • Exposition sur Blagnac "Oui mariage" (pour les futurs mariés),  Diagonale du 13 au 15 janvier 2017.
  • Exposition sur Toulouse (nouveautés): Galerie de l'Echarpe, rue de l'écharpe du 17 au 23 avril 2017.
  • Sac: LINEA MODA31 rue Saint Rome, 31 000 Toulouse (sur facebook également)

Crédit photo: Photographe Jean-Michel MOLIN

Site internet: 

Facebook: Jm MOLIN et JMM PHOTOPGRAPHE

A bientôt

Y.

Voir la suite ≫